Réflexions post électorale.

Je félicite Monique Rabin pour son élection et j’espère qu’elle réussira. Cela serait synonyme de redressement du pays et de concrétisation des dossiers majeurs du Pays de Retz. L’enjeu est bien la sortie de crise du pays et non pas l’échec d’un parti concurrent. C’est ma vision de la politique.

Son succès fut grandement facilité par le choix d’entre deux tours de Philippe Boennec d’appuyer sur le bouton « autodestruction en vol ».

Cette actualité UMP-FN sur la 9° circonscription est révélatrice et pose deux questions à Philippe Boennec et à l’UMP dans son ensemble, j’y reviendrai dans mon prochain billet.

Abstention, l’accentuation.

Ce comportement de l’électeur, prend de l’ampleur depuis 30 ans et il s’accentue ces 10 dernières années. Qu’est ce que cela traduit ? Une désaffection des électeurs, bien souvent désabusés de la politique avec même une défiance envers le et la politique. Cela traduit aussi comme pour les votes extrêmes, une perte de confiance dans la capacité des partis à résoudre les problèmes.

C’est inquiétant pour l’avenir de la démocratie. C’est surtout un constat d’échec pour les gouvernants successifs depuis 30 ans.

Comment renouer la relation électeur/politique ? La pratique politique actuelle est inadaptée, il faut tout simplement faire autrement :

  • Proportionnelle  (François Hollande et Monique Rabin s’y sont engagés)
  • Reconnaissance du vote blanc
  • Non cumul des mandats  (Monique Rabin l’applique, bravo)

 Le centre éparpillé façon puzzle.

Un moment électoral rude, le cycle politique nous est très défavorable et nous avons aussi notre part de responsabilité.

La suite appelle des verbes d’action. Premièrement, le Modem ne peut s’exonérer d’un audit profond de haut en bas du mouvement. Ensuite quoi faire, comment, avec qui ? Se recomposer, poursuivre sur la même voie, renoncer, reconstruire. Comme l’Hérétique, je pense que le renouveau passe par la clarification des idées, d’un programme, d’un message.

Bayrou éliminé.

François Bayrou ne sera plus à l’assemblée nationale. Il paye plusieurs choses, mais entre autre, comme nous sommes dans un moment bipartisan exacerbé :

  1. Les deux partis majoritaires et leurs électeurs restent sectaires ou figés dans le vote utile.
  2. Beaucoup d’électeurs ne comprennent pas que les valeurs sont le socle d’un pays.

Un système institutionnel vicié.

Aura-t-on un jour une assemblée pluraliste et des élus libres ? Démocrates, nous nous battons pour que tous les courants politiques soient représentés, mêmes ceux dont nous sommes les plus éloignés. A la présidentielle, F.Bayrou rassemble plus de 3 millions d’électeurs, Marine Le Pen plus de 7 millions soit presque 1/3 des électeurs. Un mois plus tard, 2 élus Modem, 2 élus FN, soit moins de 1% de l’assemblée. Déni de démocratie, démocratie en danger. Seule solution, la proportionnelle. Nous serons là pour rappeler au PS ses engagements sur ce sujet.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Démocratie, L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Pluralisme, Politique Contemporaine, Pratiques politiques | Marqué avec , , | Un commentaire

P.Boennec perd toute crédibilité.

Dés le début de la campagne j’écrivais,

la ligne choisit par l’UMP est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres et celles de la droite républicaine et sociale. Les valeurs sont les fondations de la maison France.

J’ajoutais,

le bilan de M. Boennec c’est 0 réaction sur les dérives de la présidence. Vote à 100% des lois de la majorité. Cela fait de lui un bon petit soldat du Sarkozisme qui l’éloigne de l’humain. Ce comportement est une faute. Il est donc disqualifié pour représenter demain encore la droite modérée, sociale et d’esprit gaulliste.

Beaucoup m’ont dit que j’y allais fort mais certains de ses « anciens proches » m’avaient alerté sur ses pratiques et dérives, mais les faits et les déclarations de P.Boennec sont là.

L’incapacité des gouvernants depuis longtemps à régler les problèmes du chômage, de la précarité, l’incapacité à sortir des pratiques d’abus de pouvoir ont poussé des électeurs vers les discours populistes et extrêmes. La grande majorité des électeurs du FN utilisent ce bulletin comme un coup de gueule, un ras le bol.

Parler à ces électeurs est normal mais reprendre les arguments du noyau dur du parti frontiste, c’est accréditer les pires pensées de certains, c’est vraiment une faute.

Démagogie, désinformation, dévalorisation de la fonction de député.

Son aveu de rapprochement sur les valeurs et le programme du FN confirme qu’il a usurpé les mots « centre », « humaniste », « rassemblement ». Ce comportement de dévoiement est une trahison et une tromperie des électeurs, c’est encore une faute.

Un élu de la République a une obligation d’exemplarité et d’éthique de responsabilité.

La fin ne doit pas justifier les moyens. P.Boennec se comporte à l’inverse.

P.Boennec perd toute crédibilité et perd la confiance de nombreux électeurs de la circonscription. Il est, pour tous les vrais centristes, humanistes et républicains de la droite sociale, définitivement disqualifié.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Démocratie, Humanisme, L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Politique Contemporaine, Pratiques politiques | Marqué avec | Laisser un commentaire

Une élection boudée, un centre comprimé.

Faire entendre sa voix dans un système institutionnel vicié est chose rude. Les candidats du Centre pour la France se présentaient dans cette élection avec la volonté d’être à l’assemblée nationale des voix et des votes libres pour agir dans l’intérêt général et dans un esprit d’union nationale.

Les résultats du premier tour sont très rudes pour notre courant politique. Les français ont massivement boudé les législatives (le pire niveau d’abstention depuis longtemps), et quand les gens se détournent de la politique ce n’est pas bon signe. Une partie de nos concitoyens ne se retrouvent plus que dans les votes extrêmes et les courants progressistes comme le nôtre ou EELV sont comprimés. Ainsi, ce premier tour était en quelque sorte un troisième tour de la présidentielle et cela renforce le bipartisme à travers le vote utile. Nous n’avons pas réussi à incarner un espoir crédible qui sorte les français de ce « confort inconfortable ».

Je veux remercier les électrices et les électeurs qui m’ont fait confiance et qui croient comme nous que la solution pour redresser le pays passe par un renouveau de la pratique politique et dans un autre programme que ceux des deux grands blocs. Introduction de la proportionnelle, reconnaissance du vote blanc, non cumul des mandats seront des éléments favorables à la guérison de la démocratie.

Votre présence et vos encouragements ont été précieux tout au long de cette campagne et je vous en suis reconnaissant. Je remercie aussi mes amis, qui sans nécessairement partager toutes mes idées m’ont soutenu et encouragé.

Restant cohérent avec ma démarche d’indépendance, de liberté d’expression et de responsabilisation des citoyens,  je ne donne aucune consigne de vote, chacun votera ou pas, en conscience.

Je reste persuadé que notre  alternative de raison qui ne porte ni haine, ni sectarisme, ni désespoir sera un jour synonyme de renouveau et de redressement pour l’avenir de nos enfants et les démocrates – humanistes que nous sommes serons là pour y participer.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Agir local, Court terme - long terme, Démocratie, L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Pluralisme, Politique Contemporaine | Marqué avec | Laisser un commentaire

Pour un nouveau contrat de confiance.

Ma « rébellion » au système politique en place est un signe d’optimisme. Je suis optimiste.

Mais dans cette élection je suis venu vous parler de vous, vous parler de nous, vous parler de notre avenir, je suis venu vous parler d’espoir.

Nous devons avoir l’ambition de faire du Pays de Retz un lieu exemplaire pour la qualité de vie.

Ce sera demain un territoire exemplaire pour l’emploi, l’entrepreneuriat, la justice sociale,  la préservation de notre environnement et de nos espaces de vie. Demain nous vivrons mieux, individuellement et collectivement dans le Pays de Retz. Mais nous devons le décider collectivement.

Pour y arriver, il faudra du courage et des efforts de la part de tous. Le courage est en réalité le plus grand optimisme, l’effort c’est le courage.

Première condition, tourner la page P.Boennec qui a trahi sa famille politique et s’est davantage comporté comme candidat de la droite proche de l’extrême droite que proche du centre. Mais à condition de ne pas non plus tomber dans le piège socialiste.

  • L’un et l’autre ont le même comportement d’obstruction et de sectarisme politique.
  • L’un et l’autre jouent le toujours pour mon camp et le toujours contre l’autre sans penser au pays.
  • L’un et l’autre préfèrent souvent l’intérêt corporatiste à l’intérêt général.
  • L’un et l’autre galopent derrière les extrêmes sans régler les problèmes de la vie.

Il faut à l’assemblée nationale un groupe parlementaire qui soit un proposant pour le pays et un opposant constructif au gouvernement en place. C’est tout le sens de mon engagement depuis des années, par conviction et sans opportunisme personnel.

Localement, un décideur doit regarder les dossiers dans l’ensemble en se référant à un cap, un programme.

Vous connaissez mon cap, faire de notre pays de Retz un lieu de qualité de vie exemplaire.

Vous connaissez mon programme, il est ici.

Mais au fil de cette campagne de terrain, une proposition s’affirme comme encore plus vraie. A votre écoute, à la rencontre des diverses associations, collectifs locaux, j’ai découvert des gens impliqués et compétents qui bien souvent proposaient les bonnes solutions.

Ma vie professionnelle m’a convaincu de deux choses :

  •  On construit des choses durables en s’ouvrant aux autres et en collaborant.
  •  Il est absolument nécessaire d’impliquer et d’écouter vraiment les personnes qui vivent une situation pour trouver les solutions aux problèmes. Ce sont eux qui ont bien souvent la clef du problème.

Agir collectivement, se dire la vérité, partir de la vérité de nos vies ordinaires, partir de la proximité pour remonter les propositions et décider, cela a si rarement été fait.

Je propose donc d’ouvrir des espaces d’implication, des cercles citoyens ou chacun pourra donner son analyse et ses propositions. Nous nous écouterons, nous débattrons, nous délibèrerons et nous chercherons ensemble les meilleures solutions pour mieux vivre ensemble.

Ces  solutions et ces actions nationales ou locales, je les défendrai pour vous. Mo

La préservation de notre environnement de vie, la création d’emplois locaux dans des filières d’avenir, la réconciliation de l’esprit d’entreprise et la justice sociale, la mutualisation, le travail en réseau…Ces idées doivent fédérer également les actions des communautés de communes. J’en serai le coordinateur.

Demain, je pourrai faire vivre cette démocratie si vous prenez part à l’enjeu.

C’est vous qui avez le pouvoir de faire autrement. C’est vous qui avez le pouvoir de changer le logiciel politique.

A qui allez vous confier la responsabilité de vous représenter ? A qui faites-vous confiance pour l’avenir ?

Si vous décidez de sortir de ce « confort politique inconfortable », alors nous pourrons ensemble construire le mieux vivre ensemble dans le Pays de Retz qui nous rendra tous très fier d’en être les acteurs et les habitants.

Je vous remercie de m’apporter votre soutien pour nouer ce nouveau contrat de confiance.

Philippe FINTONI

Comme l’exige la loi, ce blog sera en veille de ce soir minuit jusqu’aux résultats du premier tour de scrutin dimanche soir.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Agir local, Humanisme, L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Penser global, Pluralisme, Politique Contemporaine | Marqué avec | Laisser un commentaire

Des paroles ou des actes.

Un électeur attentif m’informe ce jour d’une bizarrerie électorale concernant le positionnement des candidats. Car à la lecture des professions de foi, 2 candidats affichent le même parti politique. Le CNIP dont j’ai déjà parlé, soutient Stéphanie de Guerines et Jean Michel Pollono. Et cet électeur perspicace est fier de m’apporter la preuve de la confusion politique de ce  pseudo centriste, je le remercie, ce détail nous avait échappé.

Stéphanie de Guerines candidate du MPF, Mouvement pour la France de Philippe de Villiers reçoit le soutien (comme ailleurs en France) du CNIP et du PCD, le parti de Christine Boutin. Sa profession de foi est en cohérence avec les thèses de ces 3 mouvements ; c’est à dire plutôt très à droite, tendance populiste.

Jean Michel Pollono s’affiche aussi CNIP mais il se proclame centriste. C’est comme si à côté de mon logo Modem et Le centre pour la France j’écrivais 8 fois à droite toute, à droite toute, à droite toute avec de Villiers et Marine.

La politique c’est le respect des électeurs. C’est donc être cohérent dans ses paroles et ses actes.

Dans cette histoire qui trompe qui ? Je laisse les électeurs juger en lisant les textes des sites politiques pour constater que le CNIP n’est en rien centriste.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Agir local, L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Pratiques politiques | Laisser un commentaire

Si vous ne croyez plus au Père Noël, ne votez pas Boennec ou Rabin.

Dans ses tracts, P.Boennec reprend ses promesses de 2007.

Dans un tract distribué pendant la présidentielle, il écrit dans ses engagements pour le Pays de Retz :

Etre votre porte parole, auprès du Président et du gouvernement, des dossiers importants de notre territoire : le franchissement de la Loire ]…[ le projet de réserve naturelle nationale]

Philippe Boennec nous a fait voir dans un beau dépliant toutes les célébrités UMP qu’il avait croisé mais force est de constater que le dossier du franchissement de la Loire n’a pas avancé pour autant. Et maintenant que ces amis ne sont plus aux affaires…

Quant à M.Rabin, elle suivra l’avis du parti. En fait, pas franchement favorable à ce projet.

Je défendrai ce projet d’ampleur qui demande un travail d’analyse important pour ensuite construire un dossier puissant pour le vendre et obtenir les accords et les financements nécessaires.

Quant au projet de réserve naturelle, je pose cette question : pourquoi du jour au lendemain l’Etat veut-il classer le territoire en réserve naturelle alors qu’il existe déjà d’importantes règles de protection de notre environnement (Loi littoral, Natura2000, ZNEIFF, Trames vertes et bleues…) ?

La réponse est peut-être à chercher dans les recommandations du Grenelle de l’environnement et dans la construction de l’aéroport de Notre Dames des Landes.

Ce projet de transfert  (qui, en avançant, ressemble de moins en moins au projet d’envergure qui faisait penser « essor économique ») va, en plus du gouffre financier pour les contribuables (nous devrons compenser pendant 55 ans les pertes d’exploitations à Vinci – vote du Conseil Général et Régional) détruire plusieurs centaines d’hectares de terres agricoles et de zones humides.

Ce n’est peut-être qu’une coïncidence mais je ne voudrais pas que la compensation des zones humides pour construire des parkings  à la façons  des « années 70 » punisse économiquement le Pays de Retz . Ainsi, veut-on nous faire croire que le transfert de l’aéroport débloquera le dossier du franchissement alors qu’il peut le stopper net.

Un député a aussi pour mission de contrôler l’exécutif. Une fois élu, je creuserai ce sujet, je demanderai des explications logiques. L’avenir économique de territoire est dans la balance. J’agirai pour lancer un nouveau franchissement de la Loire tout en faisant appliquer les directives actuelles de protections de l’environnement.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Agir local, écologie, Environnement, Législatives 2012 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Moralisation de la vie publique : Souvent annoncée, toujours différée.

Élu député le 17 Juin prochain, je m’engage à déposer devant le bureau de l’Assemblée Nationale une proposition de loi tendant à restaurer la moralisation de la vie publique.

Souvent annoncée, toujours différée, la moralisation de la vie publique est une nécessité. Le fonctionnement des institutions de la République doit en effet obéir aux principes de la séparation des pouvoirs, de légalité et de transparence qui fondent l’exercice de fonctions publiques ou de mandats électifs.

 

Cette proposition de loi sera un engagement à :

  • Supprimer les micro-partis qui détournent les lois sur le financement de la vie politique.
  • En finir avec les nominations de complaisance et avec le mélange entre les intérêts publics et privés pour les élus et hauts-fonctionnaires.
  • Instaurer une interdiction pendant 10 ans du retour à la vie publique des élus condamnés pour corruption.
  • Reconnaître le vote blanc à toutes les élections.
  • Garantir et retrouver l’indépendance de la justice avec un ministre de la justice dont la nomination sera approuvée par une majorité renforcée du parlement.
  • Supprimer le cumul des mandats des députés.
  • Réduire le nombre de députés et de sénateurs.
  • Instaurer l’obligation de présence des parlementaires en séance pour voter les lois et publier les votes.
  • Instaurer un nouveau mode de scrutin pour que toutes les opinions soient représentées à l’Assemblée Nationale.
  • Limiter la composition du gouvernement à 20 membres.
  • Renforcer la parité hommes-femmes dans les assemblées et au gouvernement.

Garantir l’indépendance des médias et en finir avec la nomination des présidents de France Télévisions et de Radio France par le chef de l’Etat.

Il faut enfin changer de logiciel politique. Pour changer la pratique politique des députés, changer de député. Le 10 juin, tournez la page P.Boennec sans tomber dans le piège socialiste, votez Philippe FINTONI.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans L'actualité, brèves réactions..., Législatives 2012, Politique Contemporaine, Pratiques politiques | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire