Savez-vous pourquoi Mélenchon n’aime pas Bayrou ?

Visuel d'un billet du FDG contre Bayrou - cc FDG2012

Jean Luc Mélenchon et le Front de Gauche à l’évidence n’aiment pas François Bayrou et le Mouvement Démocrate. Qu’est-ce qui motive cette révulsion et cet acharnement à notre encontre ? Car le premier a dégainer réagir à l’annonce de candidature de Bayrou fut Mélenchon, le qualifiant d’adversaire et comme le dit l’Express, il ne se passe pas un jour sans qu’il tape sur le leader du Modem. Comme le démontre magistralement notre ami blogeur démocrate, l’argenteuillai sans frontière, le Front de Gauche poursuit avec constance et application sa campagne de désinformation (avec également le soutien de son ami Arnaud Montebourg). Pas moins de 8 billets publiés en 2 jours contre le Modem et Bayrou sur les site de campagne de Mélanchon.

Certains diront qu’entre mouvements politiques différents, opposés, il est normal de s’attaquer. Sauf qu’il y a une fixation et une animosité palpable. Lors des précédentes campagnes électorales des régionales ou cantonales, les seuls militants qui refusaient de nous serrer la main lors des tractages étaient ceux du FDG ; mais qu’est-ce qu’on leur dit sur nous dans leurs réunions de sections, quel message passe le commissaire politique ?

Mélenchon n’aime pas Bayrou parce qu’ils font la même analyse.

Tous les deux ont depuis bien longtemps compris que le principe de parti unique à droite comme à gauche est un artifice qui va s’étioler. Le PS et l’UMP ne peuvent perdurer. Les 5 courants au PS, les 3 à l’UMP sont des additions impossibles de poireaux et de carottes. Cela fonctionne encore grace à un scrutin électoral qui favorise les ambitions personnelles dans une atmosphère d’animosité, si ce n’est de haines internes.

Mélanchon le néo-révolutionnaire n’aime pas les réformistes.

Jean Luc Mélenchon veut tirer le PS vers une gauche ancienne, mélange de propositions à la fois révolutionnaires et conservatrices. Il redoute donc que les réformistes choisissent un autre chemin, celui proposé par François Bayrou, un autre projet de société porté par une nouvelle majorité centrale, composée de personnes compétentes et motivées.

Les réformistes qui s’entendent sur l’essentiel, peuvent aujourd’hui s’unir pour l’intérêt général, les français peuvent le leur demander en votant François Bayrou.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Agir local, Démocratie, Modem, Pluralisme, Politique Contemporaine, Pratiques politiques, Présidentielle 2012, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *