Europe Ecologie, le choix de couper le cordon avec le PS.

troisieme-voieEn conclusion des journées d’été d’Europe Ecologie, j’attendais 2 réponses fondamentales pour l’avenir politique, quel programme et quelle stratégie donc quelles alliances ou pas ? En revanche, le temps passé à connaitre le(a) candidat(e) pour 2012 me semble assez marrant, vu du Modem, nous qui avons parait-il un patron qui ne pense qu’à ça et pas les autres !

Pour le programme nous avons, comme je l’écrivais dans mon précédent billet, un affrontement entre développement durable (qui à du plomb dans l’aile), croissance verte (trop Sarkoziste et grennwashing), prospérité durable, soutenable, décroissance modérée, brutale…bref pour le programme, il faudra attendre.

Pour la stratégie, j’ai eu de l’espoir et puis…

Car mon engagement en politique s’appuie en particulier sur cette « certitude » ( entre guillemet car en tant que démocrate, je suis prêt à être convaincu par des meilleurs arguments) que rien ne changera fondamentalement si nous ne sortons pas du duopole UMP/PS. Je milite donc pour l’indépendance du mouvement et une démocratie pluraliste. Et lors des élections européennes, j’étais à la fois déçu de notre score mais content qu’un autre mouvement qui, comme nous, s’annonçait indépendant, voulant sortir du bipartisme, voulant faire bouger les lignes…réussisse ce score. Il y avait de l’espoir. Imaginez, Europe Ecologie et le Mouvement Démocrate recueillaient 25 % des suffrages.

Mais comme le titre un billet de Marianne, Europe Ecologie entre l’indépendance et l’union avec le PS, la décision n’est pas prise. C’est étonnant de ne pas choisir l’indépendance quand on proclame vouloir changer le monde ? S’allier avec le PS quand les patrons du FMI et de l’OMC sont socialistes. S’allier avec le PS au regard des problèmes du pays (l’UMP n’est pas responsable de tous nos maux), s’allier avec le PS pour 25 à 50 circonscriptions, est-ce cela faire de la politique autrement ? Cela me fait penser à des enfants de riches qui se rebellent, qui crient à la révolution, à la fin du système, à l’avènement d’une autre société mais pas trop fort  et pas trop longtemps quand même et pas trop loin de la maison car les réseaux, le confort et les bonnes places de papa, maman sont attirants, faudrait pas tout perdre !

Dommage, je crois toujours que nous avons beaucoup en commun avec une partie des gens d’Europe Écologie. Je pense depuis longtemps que personne ne gagnera seul et donc comme Marie Anne , je pense qu’une alliance des écologistes, des démocrates, et des républicains aurait du sens, beaucoup de sens. Le choix leur appartient, couper le cordon ou rester en laisse…

Philippe FINTONI

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Démocratie, écologie, L'actualité, brèves réactions..., Modem, Pluralisme, Pratiques politiques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Europe Ecologie, le choix de couper le cordon avec le PS.

  1. Mamouchka dit :

    Tout ce qui ôte des voix à « vous savez qui » est bon à prendre mais il ne faudrait pas connaitre le même soucis que lors d’élections avec son prédécesseur (qui aimait les pommes …) au point de tout perdre pour cause de dilution dans l’offre des candidats.

    Ce qui m’intéresse ce sont les idées, les projets, le programme.
    Pour l’instant beaucoup de monde est « contre » mais qu’est-ce qui les fait courir ? Mystère !

    C’est moins « glamour » d’aimer les dossiers surtout quand il faut les expliquer à des gens dotés de la mémoire d’un poisson rouge ou qui s’effraient d’un raisonnement dépassant les 10 mots lancés comme un slogan publicitaire (et encore, ce slogan-là est « haut de gamme »).

    Il faut avoir la formule choque et le sens du raccourci. Ma grand’mère a un don pour cela !

    Mamouchka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *