Le département prévoit d’augmenter les impôts en 2011.

impôtsC’est une hausse d »impôt malheureusement prévisible car nos responsables politiques semblent portés par des réflexes pavloviens quand il s’agit de construire un budget. A la problématique du manque de ressources, la réponse est instinctivement d’augmenter les impôts. Et non pas pour une fois (et en temps de crise majeure cela aurait beaucoup de sens) d’arbitrer, de supprimer ou de différer certaines dépenses.

10 ans d’augmentation continue.

En 2011, le conseil général ne pourra voter que le taux de la taxe foncière, la proposition de passer de 8,53% en 2010 à 12,77%  intègre le transfert  du taux de la région (2,66%) vers le département. Nous avons donc une augmentation forte mais réellement de 1,68%. Ce transfert s’opèrera de la même manière pour la taxe d’habitation, du département vers les communes, vigilance donc ! Attention et inquiétude car sous couvert de transfert des taux entre collectivités, de hausse de dépenses sociales, la pratique reste la même, on continue d’augmenter les impôts. Depuis 2000, les taux progressent chaque année (source DGFP).

Oui les budgets départementaux sont pris en ciseaux entre les dotations (souvent faibles)  gelées de l’Etat et des compétences sociales transférées qui ne cessent d’augmenter avec la crise mais est-ce une raison pour utiliser les mêmes méthodes qu’avant ? Nos élus vivent-ils dans un monde parallèle ?  Je me pose la question car leurs inconséquences sont criantes :

  • Ont-ils conscience des impacts sur le pouvoir d’achat des ménages, des classes moyennes imposables ?
  • Se souviennent-ils que le contribuable des communes, des communautés de communes, du département, de la région et de l’Etat est le même ménage et qu’il n’a pas un revenu par strate administrative et que tout est lié ?
  • Ne sont-ils pas en contradictions flagrantes quand ils reprochent  ( à juste titre) à l’Etat de ne pas honorer ses dotations financières pour les délégations de service publiques transférées et quand même temps ils signent un accord de financement (sous DSP) de plus pour le nouvel aéroport de Notre Dames des Landes ?

N’y a-t-il pas là une véritable source d’économie, plus de 23 millions € pour le conseil général ?

Voici les arguments du conseil général pour ce projet :

Répondre à l’importante augmentation du trafic aérien, apporter de réelles réponses aux questions d’accessibilité et d’attractivité du Grand Ouest, mettre fin aux nuisances et aux risques liés au survol à basse altitude de zones urbaines densément peuplées : tels sont les enjeux du transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, que l’assemblée départementale a soutenu ce lundi 18 octobre.

  1. Trafic aérien : Nantes Atlantique n’est pas saturé, il suffit de le fréquenter, 1/3 du trafic passager pourrait s’opérer par LGV (Roissy et Lyon), nos élus connaissent-ils les écarts de prix pour une entreprise entre du fret train ou cargo et aérien ?
  2. Accessibilité et attractivité du Grand Ouest : Il faut maintenant que les porteurs du projet diffusent l’étude de marché qui annonce que de grandes compagnie aériennes internationales veulent s’implanter à Nantes en plus de Roissy et ouvrir plusieurs vols hebdomadaires, que des millions de passagers de Singapour, Sydney, Londres, Tokyo, Dubaï, Los Angeles, Melbourne, Auckland, Toronto, Bangkok, Rio veulent acheter des billets d’avion pour un tour dans le grand ouest dans des A 380. Allez y, nous sommes prêts à étudier votre implacable étude de marché, diffusez. Cet argument d’attractivité par la taille me fait toujours rire, c’est un peu comme si on annonçait la construction d’un grand stade de 70000 places à Nantes pour faire venir plus de supporters et prévoir que le FCNA serait champion d’Europe en 2020. NDDL est un investissement qui repose seulement sur des intentions…et pas forcément les meilleures pour nos finances, notre économie et notre environnement.

On peut demander aux ménages de faire des efforts financiers, des sacrifices parce que la période est dure mais il faut qu’en contrepartie, les décisions soient justes et cohérentes, et ce n’est malheureusement pas le cas actuellement.

Philippe FINTONI

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Agir local, Finances, Pratiques politiques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le département prévoit d’augmenter les impôts en 2011.

  1. Mamouchka dit :

    … sans oublier la facture d’eau avec le SEPIG (filiale de la Saur) pour la presqu’ile guérandaise.
    Il y également un maire qui pour rattraper « légalement » une taxe sur sa régie de l’eau a trouver une loi de 2006 dite « Oudin-Santini », qui fixe jusqu’à 1% la taxe sur l’eau dans le cadre de la coopération solidaire et internationale … après avoir augmenté de 2 et 7 % la distribution de l’eau et son retraitement.

    Mamouchka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *