Plus vite mais moins d’emplois.

caissiereLe « self scanning » prend de l’ampleur dans les magasins de grandes distribution, ce phénomène que je regardais du coin de l’œil me semble inquiétant et je pense que nous devons réagir. J’ai fréquenter hier pour la première fois un nouveau petit Décathlon dans une commune voisine et surprise, il n’y a que l’hôtesse d’accueil comme caissière mais on propose 6 postes d’auto-encaissement. C’est un choc, car en rupture avec nos habitudes de consommateurs. Donc, personne pour dire bonjour en entrant, personne ou peu pour un conseil dans les rayons, et encore moins pour dire au revoir et à bientôt, perturbant. Deuxième surprise de la journée, mon centre E.Leclerc annonce sur ces portes d’entrées, la promesse de gain de temps en utilisant les « self scanning ». J’ai débuté ma carrière chez un autre grand distributeur, l’enseigne qui a inventé le SBAM, Sourire, Bonjour, Au revoir, Merci. Il est vrai que le moment du passage en caisse est peu sympathique, il faut payer, l’attente est plus ou moins longue. Alors autant que la caissière (j’utilise le féminin car tout le monde constate que ce métier l’est essentiellement) soit souriante et accueillante pour que le client est un dernier bon souvenir de sa visite.

La promesse du « plus vite » au détriment des emplois.

Mais il se trouve que la plupart des enseignes de grandes diffusions et pas seulement alimentaires s’engouffrent dans ce système. Sous couvert de nous faire gagner du temps en caisse, on nous vend une innovation technique et on nous demande de faire la caissière…au détriment d’une  caissière, donc au détriment d’un peu d’emploi à chaque passage client. Si les distributeurs voulaient réellement réduire l’attente aux caisses, il y en aurait beaucoup plus d’ouvertes car tout réside dans la charge de travail en caisse en fonction des flux de fréquentation. Alors, service aux clients ou économie de frais de personnel ?

Je décide donc de boycotter ces caisses d’auto-paiement et je prendrai le temps de sourire et dire bonjour à une personne qui travaille. Je vous invite à suivre cette attitude.

Philippe FINTONI

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Agir local, Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Plus vite mais moins d’emplois.

  1. Mamouchka dit :

    Je vois que nous avons eu le même réflexe !
    Selon mon lieu d’approvisionnement, je pourrais user de la calculette ou scanner moi-même mes articles en caisse… mais je préfère aller voir les « copines », papoter le temps du déroulement des produits puis je repars avec les nouveaux potins sur la vie du magasin ou des conseils donnés ou reçus (comment poser son papier peint, le choix d’une orientation scolaire …).
    En croisant une autre connaissance, même point de vue, même action !

    Bonnes vacances !

    Mamouchka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *