Comparaison et pari hasardeux.

dette-ccseVoici mes remarques sur le dossier spécial budget du dernier magazine de la communauté de communes du Sud Estuaire. C’est une démarche intelligente d’information essentielle et utile mais ce dossier me laisse sur ma fin. Il est clair mais trop succinct à mon goût et un citoyen curieux ne trouvera pas de complément d’information sur le site internet de la CCSE, rien sur le budget 2010 ; une idée pour la prochaine fois peut-être. Car ce sujet, hautement sensible, mérite toute la transparence et la cohérence possible.

Donc plusieurs remarques, interrogations, questions…

– Tout d’abord sur l’image précédente (tirée du document),  pourquoi comparer la dette de la CCSE à la dette publique de la nation ? Cela n’a rien de comparable, de raisonnable, que cherche-t-on à dire ou à masquer, veut-on minimiser la dette locale, pourquoi ne pas s’appuyer sur la moyenne des autres collectivités (EPCI) ? Comparons ce qui est comparable.

– Ensuite on nous annonce que ce budget est l’occasion de confirmer son soutien indéfectible à l’activité économique du territoire et le président d’enchérir sur l’enjeu,  un pari économique :  » Nous voulons être prêts pour la reprise et continuer à stimuler la création d’emplois sur notre territoire « . C’est un pari hasardeux car la reprise tant annoncée se fait attendre et sera longue à venir, l’objectif est davantage d’aider les entreprises à tenir dans cette longue crise économique. Quand on est entrepreneur, comment gérer ses problèmes de trésorerie, ses choix d’investissement, d’embauches dans un climat économique dégradé quand en plus la nouvelle cotisation foncière des entreprises (qui remplace la Taxe Professionnelle) augmente de 6,7%. C’est un choix incohérent quand on souhaite stimuler la création d’emplois.

L’impôt ne fait jamais plaisir mais nous savons tous son utilité collective, au mois faut-il que cette  fiscalité soit modérée (ce n’est pas le cas pour la REOM), juste, cohérente et transparente. Il y a encore du chemin…

Philippe FINTONI

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Agir local, Communaute de communes, L'actualité, brèves réactions..., Non classé, Pratiques politiques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Comparaison et pari hasardeux.

  1. Très bien noté Monsieur le futur Conseiller Général du Canton? Nous comptons bien pouvoir vous soutenir et voter pour vous!
    La campagne des cantonales n’est pas encore commencée ou bien j’en vois là les prémices….
    Au travail cher ami! vous ne devez pas nous decevoir!

  2. Mamouchka dit :

    Effectivement, la pertinence de la comparaison des dettes ne paraît pas pertinente :
    – parce qu’il faudrait la remettre en pourcentage de chaque assiette puis comparer
    – parce que « la dette nationale de 23 OOO€ par habitant » contient à la fois la part de dette des collectivités locales et celle relevant de la structure de l’Etat (enseignement, justice, police etc…)
    – parce que tous les foyers ne paient pas l’impôt ou les taxes locales (trop pauvres ou trop riches )

    Par contre, faire observer que les colectivités locales représentent moins de 10 % de la dette dans la loi de finances aurait été plus efficace…mais sans doute moins facile à comprendre pour les gens,surtout si on ne prend pas le temps de leur expliquer ?

    Par contre, pour les taxes d’enlèvement des ordures ou le prix de l’eau, hors la bonne gestion, les charges incombant aux collectivités augmentent avec les exigences de recyclage et de dépollution…

    C’est encore une façon de prendre nos concitoyens pour des idiots…

    Mamouchka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *